Les fiches bateaux : l’Anglesea

Ci-dessus, le Götheborg, Indiaman suédois. Il naviguait plutôt dans les mers du Sud, courant 18ème siècle, et est plus gros que l’Anglesea. Mais son gréement et son allure général s’en rapproche.

L’Anglesea est armé au commerce. Il dispose d’une artillerie peu conséquente, car les armateurs préfèrent charger le navire avec le plus de marchandises possibles. Il transporte également quelques passagers. Ses effectifs réduits comparé à la taille du bateau requiert un équipage compétent, réactif et physiquement endurant.
Ses trajets sont le plus souvent des transatlantiques. Il apporte aux Antilles et aux Amériques des produits manufacturés (armes, vêtements, vaisselle, outils, et autres articles nécessaires à la colonisation), mais aussi du brandy, du cognac, du vin, des denrées non périssables comme la farine.
Quand il revient en Europe, il rapporte dans ses cales, selon s’il a fait escale aux Antilles ou aux Amériques, du rhum, du sucre ou encore du tabac, du coton, et plus tard, du café et du cacao (liste non exhaustive, bien sûr). Quand il passe par l’Amérique du Nord, il embarque de la térébenthine, des peaux, de la morue, du bois… ou des immigrés souhaitant (et pouvant) rentrer au pays.

Tonnage : 200 tonneaux
Longueur hors-tout : 47m
Tirant d’eau : 4m
Tirant d’air : 45m
Équipage : 3 officiers, 3 maîtres, un cuisinier, un chirurgien, 12 matelots
Gréement : trois-mâts carré